lundi 21 janvier 2019 - 04:07
Breaking News

Marché immobilier : les tendances au second semestre

Au début de cette année, les chiffres du secteur de l’immobilier étaient d’un optimisme encourageant. Cela avait poussé certains à penser qu’il sera observé une inflexion avant que l’euphorie ne reprenne. Mais maintenant que la fin d’année pointe le bout de son nez, il y a de quoi se reposer la question.

Les notaires tablent sur une stabilité

Stabilité des prix selon les notairesAu cours de la première moitié de l’année, les résultats des analyses faisaient état de ce que le niveau du taux des prêts moyens avait baissé de 8 points, à 1,46 %. Cette baisse avait été expliquée par une durée de plus en plus longue des échéances de paiement. Des chiffres qui avaient déjà laissé penser à une stabilité naissante qui semble se confirmer pour la seconde moitié de l’année.

Questionnés à ce propos, 60 % des notaires ont penché pour une stabilité des prix dans le secteur pour la fin d’année. Et quand on sait qu’il est facile de faire usage d’internet pour trouver un notaire pour vendre son appartement, il y a de quoi considérer ces prédictions. Le début de l’année fut certainement euphorique, mais les analyses indiquent que cette stabilité pourrait être aussi due au fait que le secteur du bâtiment jouit d’une bonne santé financière.

Ralentissement de la flambée des prix dans l’ancien

Selon les chiffres de l’INSEE en début d’année, les prix dans le secteur de l’immobilier ancien ont connu une envolée. Une augmentation de l’ordre de 3,5 % sur l’ensemble du territoire français. Des régions comme l’Île de France ont connu des augmentations de près de 5 % contre seulement 2,5-2,6 % en Province. Et ces chiffres sont autant diversifiés d’une région à une autre.

Pour ce qui est du reste de l’année, les avis sont partagés quant à une probable hausse ou une baisse du prix dans l’immobilier ancien. Cela semble guidé par l’évolution incertaine du taux de chômage et du prix du loyer. Il faut aussi ajouter la stabilité prévue par les notaires, dont nous avons parlé ci dessus.

Pourtant, on note que dans certaines régions de la France, la flambée des prix de l’immobilier ancien se poursuit, à un rythme certes moins effréné. Par contre, dans certaines villes importantes, la montée des prix est restée la même. Une augmentation de 9,2 % est observable à Lyon, contre 8,7 % à Rennes et 16,2% à  Bordeaux. De fortes disparités donc.

On observe enfin une légère baisse sur le marché de la vente de maisons, en comparaison des ventes de 2017. 3,2 % contre 4,2 % sur la même période il y a un an. Même tendance du côté du marché des appartements où les statistiques affichent 4,5 % contre plus de 5 % en 2017.

Vous pouvez chercher aussi

Construire au bord du lac d’Annecy

Encore appelé lac bleu, le très connu lac d’Annecy est  situé dans la région de …